APPÂTS DE CARPE

APPÂTS DE CARPE / par Ludovic LEBLAN et Rodolphe HEMMERLING

APPÂTS DE CARPE …

 

 De nos jours, pour traquer notre poisson favori, il est très difficile de faire son choix en matière d’appâts de carpe. L’offre sur le marché étant devenue tellement conséquente et diversifiée. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Il faut savoir que c’est au milieu du vingtième siècle que les « premiers appâts » ont été utilisés ! La carpe devenant de plus en plus populaire auprès des pêcheurs…

 

Appâts de carpe et leurs histoires …

 

 À cette époque, la réputation de ce poisson considéré comme incroyablement difficile à piquer, a commencé à susciter un certain intérêt pour les amateurs de sensations fortes. Avant la grande période de la bouillette, Il faut reconnaitre que les premiers appâts et techniques de pêche étaient relativement simples. Le pain et le maïs toujours autant d’actualité ont été les premiers à être utilisés pour espérer glisser une belle dame dans son épuisette.

 

APPÂTS DE CARPE / par Ludovic LEBLAN et Rodolphe HEMMERLING
ROD TANCHO

 À l’origine de nombreuses et très belles captures, Ils restent toujours des incontournables car, efficaces en toute saison. Comme à l’heure actuelle, Ils étaient présentés sur le fond voir en surface pour le pain. Mais directement fixés sur l’hameçon car, le cheveu n’existait pas à cette époque. En ce temps-là, il était donc courant de voire en Angleterre, certains pêcheurs utiliser ce type d’esches. D’autres plus innovateurs essayaient déjà d’utiliser certaines graines comme le chanvre, communément appelé (chènevis).

 

APPÂTS DE CARPE / par Ludovic LEBLAN et Rodolphe HEMMERLING
APPÂTS DE CARPE

 Très rapidement et en toute logique le carpiste a su développer ses compétences de cuisinier. Ainsi, nos aïeux ont commencés par mélanger du pain rassis et détrempé avec du chènevis, pour confectionner après essorage dans un linge, de bonnes grosses boules très attractives. Cette technique leur a ainsi permis d’amorcer à de plus longues distances. Il ne faut pas oublier que le matériel de l’époque n’était pas celui d’aujourd’hui. Pour exemple, les cannes se limitaient à de simples bambous fendus. Etant devenue une discipline reconnue et de plus en plus convoitée au milieu du vingtième siècle, la pêche de la carpe a donc connu un très bel essor.

 

APPÂTS DE CARPE / par Ludovic LEBLAN et Rodolphe HEMMERLING
APPÂTS DE CARPE

Richard Walker

 

 C’est en Grande-Bretagne que l’évolution des appâts a réellement commencée. En effet, en 1952 l’annonce du premier exploit de Richard Walker avec une prise extraordinaire de 20 kg s’est répandue comme une trainée de poudre. Fort de cette notoriété naissante, ce formidable pêcheur a su partager ses connaissances de pêche qui, bien des années plus tard, ont permis le développement des techniques dites modernes que nous connaissons tous. Véritable passionné, celui-ci s’est avant tout intéressé au comportement du poisson. Pour ensuite procéder à de nombreux essais au bord de l’eau en utilisant divers appâts. Le gland, les châtaignes et bien d’autres baies naturelles ont ainsi contribué à tous ces tests. Après de nombreuses heures d’observation, la conclusion lui est apparue évidente, la carpe est un poisson omnivore…

 C’est dans les années 80, qu’a pu être constaté sa réelle attirance pour les d’écrevisses, vers de terre, asticots ou encore les coquillages. Comme les moules et les dressènes, corbicules etc… Le panel des produits pour la pêche de ce poisson est alors devenu plus vaste. En plus des appâts végétaux, il était possible d’inclure des composants d’origine animale ! L’arrivée de la bouillette Une révolution était en marche, la technologie alimentaire étant en pleine expansion, de nombreux passionnés se sont alors lancés à tester d’autres produits à innover tout simplement. Les pêcheurs de carpes, en plus d’utiliser les esches précédemment citées, ont alors su intégrer différentes farines à leur quête du saint Graal afin de créer de nouveaux genres d’appâts. L’ancêtre de la bouillette était donc né, constitué au départ de farines non complexes, comme la farine de blé, de maïs, de polenta, de riz …

 

APPÂTS DE CARPE
APPÂTS DE CARPE

L’ancêtre de la bouillette


L’ancêtre de la bouillette était donc né. Constitué au départ de farines non complexes, comme la farine de blé, de maïs, de polenta, de riz …

Dans un premier temps la pâte confectionnée n’était pas cuite, et se présentait telle une simple pâte à pain. Puis les plus malins et exigeants, poussés par leur envie de progresser dans leur approche, se sont décidés à cuire cette dernière afin d’obtenir un résultat plus ferme et facile à utiliser.

 

Richard Gardner

 

 Parallèlement, une autre figure emblématique de la pêche à la carpe, Monsieur Richard Gardner, a su apporter de son génie la vraie touche finale. En effet il a pensé à utiliser le système des machines pour fabriquer les pilules afin de l’adapter pour permettre la confection d’appâts d’un genre nouveau. C’est ainsi que de cet esprit très inventif et précurseur est née notre bonne vieille table à billes !

<< et oui chers amis, la bouillette que nous connaissons tous a bel et bien plus de 30 ans ! >>

 

 

 Durant de nombreuses années, elle a sans cesse évolué avec dans un premier temps l’arrivée des arômes. Néanmoins, il faudra attendre environ 10 ans pour qu’un nouveau cap soit passé. Qui ne se souvient pas du fameux scopex ou encore monster crabe du grand Rod Hutchinson ! Il est certain qu’à l’époque nous ne pouvions pas prévoir l’impact qu’allait produire sur nos carpes le produit qui constituait cet arôme. Puis on y a ajouté des acides aminés car ils sont indispensables à l’équilibre alimentaire de la carpe mais également un acide, le fameux n-butyrique. Cependant il faudra encore plusieurs années avant de réellement le découvrir.

 

Acides aminés de poisson ou encore de l’extrait de foie…

 Entre-temps, le Mix qui composait les bouillettes a également connu une sérieuse évolution. En effet, on a tout d’abord commencé par y ajouter des produits d’origine animale comme la farine de poisson, les protéines et acides aminés de poisson ou encore de l’extrait de foie.

 

Appâts de carpe : Pellets, Tiger et Black Tiger 

 

 C’est à cette même période, qu’est arrivé sur le marché de grandes nouveautés comme les pellets, très intéressants pour leur capacité de dissolution rapide ou encore de nouvelles graines comme les incontournables « Tiger et Black Tiger« , qui dégagent une forte odeur et sont de véritables friandises pour nos carpes. Tous ces nouveaux produits, dès leur entrée sur le marché, ont définitivement marqué l’histoire de la pêche de la carpe.

 Un grand nombre de poissons allaient forcément être tentés par ces nouveaux appâts solubles, des records arrivaient à grands pas. Cependant, la nécessité de traquer le poisson sur de longues distances rendait l’amorçage difficile. La bouillette était donc la seule à pouvoir répondre aux exigences pratiques des carpistes puisque ceux-ci se limitaient à cette époque à la pêche du bord. Ils lui sont donc restés définitivement fidèles. Durant la décennie suivante, une évolution constante des appâts a pu être constatée pour des raisons valables d’un point de vue pêche mais aussi commerciales. Les phénomènes de mode et les produits miracles, tous plus convaincants les uns que les autres, ont commencé leur grand défilé. Pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus symboliques, en voici un bref échantillon: l’acide N-butyrique, la Bétaine, Le NHDC, les stimulateurs d’appétit, la caséine …

 

N’oublions pas le fameux Boost !

Naissance des boosters ( Appâts de carpe )

 

 N’oublions pas les fameux Boost, qui ont aussi vu le jour dans les années 90. Les premiers étaient soit issus de produits alimentaires, tels que les sirops ou bien réalisés sur des bases huileuses. De l’influence anglaise à la relève Française ! Pendant toute cette période d’évolution de la pêche à la carpe, il faut bien le reconnaitre, nous avons été bercés par les innovations de nos amis anglais. D’ailleurs, Il faut également admettre qu’à ce jour ils ont encore une longueur d’avance, ou presque …

 

Ou presque …

 

 En effet, les dernières grandes innovations comme les appâts plastiques, les dumbles, le Mix flottant et pour finir les bouillettes équilibrées proviennent toujours et encore d’outre-manche. Mais depuis deux années, nous pouvons observer que sur le marché français fleurit un bon nombre d’appâts de qualité pour la pêche de la carpe « Made in France« . Nous n’avons donc plus à rougir en matière de conception, nous sommes capables de rivaliser, voire plus, avec nos amis anglais. Il était temps, car il faut tout de même le reconnaitre, nous avons de nombreux magiciens des appâts sur notre territoire, ainsi que de formidables pêcheurs, pas besoin de citer de nom, vous les connaissez déjà.

 

 

Stalking ou Speed Fishing

 

 La pêche de la carpe étant en perpétuelle évolution ! Il était logique que de nouvelles techniques ou approches viennent s’ajouter et amener leur lot de nouveaux appâts. Effectivement, une nouvelle façon de pêcher pointe le bout de son nez, c’est la pêche « stalking » ou « Speed Fishing« . Phénomène de mode là encore ou réel impact de notre type de vie en société ? Toujours est-il que de plus en plus de traqueurs prennent le chemin de la pêche rapide. Mais pour cela il faut bien évidemment des appâts capables d’attirer rapidement les gourmandes. Et à ce jeu-là, ce sont les Français qui sont en tête de ligne et force un grand respect.

 

LUDOVIC LEBLAN

Mix effervescent ( Appâts de carpe) 

 

 De nombreuses marques proposent maintenant autre chose que des bouillettes tristement standards. En toute logique, après des décennies de monopole du marché de la bouillette par de grands industriels, le renouveau est arrivé grâce à des petits artisans qui ont su développer à partir de produits frais des appâts ou amorces plus techniques, répondant réellement aux différentes exigences et types de pêche actuellement pratiquées. Prenons l’exemple des pêches rapides ou à roder. Dans ce genre d’approche il faut une stimulation large et instantanée de la carpe. Le fameux Mix effervescent permet justement, grâce à son procédé et ses attractants, de diffuser sur différentes couches d’eau et donc de provoquer plus rapidement l’arrivée du poisson sur le spot.

 

Mix effervescent ( APPÂTS DE CARPE )

Autre exemple très parlant !

 

 Autre exemple très parlant ! La pêche au single hook. Celle-ci tient son origine relativement récente à un phénomène de cause à effet. Je m’explique, la course au plus gros poisson a créé sur le marché une surenchère de plans d’eau privés. Ces derniers ne cessant de vanter la possibilité de capturer des fishs hors normes. Ces mêmes carpes sur-pêchées ont alors développé leur masse corporelle grâce à d’importantes quantités de nourriture artificielle tombant dans leur biotope, et parallèlement, ont peu à peu refusé ces orgies massives pour s’orienter par méfiance et expérience sur des appâts plus discrets et présentés en très faible quantité, voire seul. D’où l’intérêt maintenant, de pêcher certains étangs, voire certains gros poissons en single hook bait.

 

APPÂTS DE CARPE
La pêche au SINGLE HOOK, une méthode qui fait mouche ! (PHOTO : Le clown )

 Plusieurs artisans de la bouillette l’ont bien compris et pour s’adapter à ces changements de comportements. Ils ont su présenter à juste titre sur le marché des billes ou dumbels enrobés. La grande force de ces petites merveilles est de se suffire à eux-mêmes en libérant progressivement leurs différentes couches d’attractants. Finalement on peut parler de bille cumulant un rôle d’appât et d’amorçage. Il faut savoir qu’elles sont aujourd’hui constituées de différentes structures qui diffusent plus ou moins rapidement dans l’eau. Et qui est à l’origine de tout cela …

 

APPÂTS DE CARPE
APPÂTS DE CARPE

Autre métamorphose étonnante !

 

 Celle des boosters qui ne sont plus de simples boosters avec une seule et unique phase de diffusion. Les arômes et boosts peuvent être liposolubles ou hydrosolubles, c’est-à-dire à diffusion au fond ou vers la surface. A l’heure actuelle, outre leur capacité à se répandre dans les différentes couches d’eau. Ils sont également capables de diffuser en eau froide. Chose qui était difficilement concevable il y a plusieurs années. Tout comme pour les billes, il est même possible d’apporter une touche fluorescente voire phosphorescente à ceux-ci. Après avoir axé la réalisation des appâts uniquement sur leur pouvoir gustatif. Désormais, de plus en plus de marques proposent des appâts sollicitant d’autres sens de la carpe. Comme la vision par exemple, ce qui fonctionne d’ailleurs très bien ! Puisqu’il s’agit d’un animal certes méfiant, mais très curieux de nature, ne l’oublions pas !

 

APPÂTS DE CARPE

 

 L‘avenir est déjà à notre porté avec de nouveaux appâts comme la pâte d’enrobage qui évolue elle aussi. Est-elle réellement nouvelle d’ailleurs ? Elle devient flottante, traçante, attractante et modelable à souhait.

 

Ne jamais oublier l’essentiel

 

 Il est vrai que pour les plus jeunes d’entre nous ou le pêcheur inexpérimenté cela peut vite devenir un véritable casse-tête. Quel appât utiliser ? Que faut-il acheter et pourquoi ? Comme bon nombre de pêcheurs j’ai utilisé et passé des heures dans ma cuisine ou au bord de l’eau à tester des mélanges obscures, dans une tentative effréné de trouver l’appât ultime.

Adaptation…

 

 Mais cette quête ne peut que rester vaine si l’on ne garde pas l’essentiel à l’esprit ! Savoir observer la nature, ces changements et s’y adapter comme un véritable apache. Chaque période est différente, ainsi que chaque saison. N’importe qui peut découvrir ces choses, il suffit juste de prendre le temps. Tout bon stalker sait qu’avant de faire mouche, il faut savoir observer longuement sa proie comme un vrai prédateur.

 

Ludovic LEBLANRodolphe HEMMERLING

2 Comments

  1. Superbe article, totalement réel et historique de l appâts est magnifiquement bien écrit et raconté, bravo Ludo et Rod pour cette article 👏👏😉

  2. Félicitations ludo ! Toute les infos sont là ! Bien joué 👍

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*